Laurent est Responsable logistique aux CH de Montfort et St-Méen. Ancien étudiant au campus E.S.P.R.I.T. Industries, il nous partage son parcours professionnel et ses conseils pour les étudiants intéressés par les métiers de la logistique

Que pourrais-tu dire de ton parcours au sein de l’école ?

J’ai un parcours un peu plus atypique que certain car j’ai fait l’école en 2 temps ! En effet, J’ai intégré l’ESLI en septembre 1997 et je fais partie de la 5ème promo. A cette période, la formation se déroulait sur 2 ans et nous étions diplômés Responsable logistique bac+4. Puis quelques années plus tard le cursus s’est positionné sur un cycle en 3 ans afin de répondre au standard de la réforme LMD. Souhaitant renforcer mes compétences en management, j’ai intégré directement la 3ème année du cycle de formation initial en septembre 2005. Je suis donc aussi diplômé d’un Master 2 de la 12ème promo !

Quel est ton parcours depuis en quelques mots ?

A la sortie de l’ESLI en 1999, j’ai tout de suite voulu exercer dans le secteur automobile pour continuer à apprendre et travailler avec un cadre et des outils logistique aboutis. J’ai eu l’opportunité de travailler dans les méthodes logistiques aussi bien pour un constructeur automobile que des équipementiers, ce qui m’a permis de voir les 2 côtés de la chaine logistique et de comprendre les enjeux d’une relation client-fournisseur. Puis à partir de janvier 2007, je me suis orienté vers l’encadrement d’équipe logistique. Mettre à profit mes expériences terrain pour piloter et accompagner des équipes fut un choix de carrière que je ne regrette pas. Après mes expériences dans le domaine de l’automobile, j’ai intégré une entreprise dans le secteur très particulier de l’imprimerie fiduciaire comme responsable logistique. Puis en 2013, j’ai sauté le pas et quitté le monde de l’industrie pour celui de la santé. En effet depuis plusieurs années je souhaitais travailler dans le secteur hospitalier et donner un sens à mon travail. C’est pourquoi j’ai choisi d’intégrer en 2013 le CHU de Poitiers comme responsable logistique.

Depuis, je suis dans ce domaine qui me plait tant par le sens que l’on donne à notre métier que par l’évolution logistique conséquente des hôpitaux.

Quelle fonction exerces-tu aujourd’hui ?

Aujourd’hui je suis Responsable Logistique d’un hôpital public. Mes missions couvrent les secteurs de la restauration, du bio nettoyage, des magasins, la gestion des déchets, et la gestion du linge.

Peux-tu nous expliquer en quelques lignes tes missions ?

En ce moment mes missions principales sont d’une part la reprise du secteur bio nettoyage qui était encadré auparavant par les services de soins ; d’autre part, cette fonction me permet de créer, accompagner et valoriser des professionnels qui sont au cœur de l’activité d’un établissement hospitalier car ils communiquent la première image qu’un patient, résident ou famille peut voir en arrivant. En ce sens, je dois renforcer le professionnalisme des équipes en m’appuyant sur la mise en place de standard de travail pour guider les agents dans leur métier.

Dans les grandes lignes, mon temps se répartit entre 2 grandes missions :

  1. La gestion des équipes, les plannings, le recrutement, réunions de services
  2. Les sujets de fonds comme la mise en place de standard de travail, les certifications, la conduite de projets (optimisation magasin)

Quelles compétences nécessitent-elles ?

Un responsable logistique doit pouvoir maîtriser plusieurs compétences comme bien sûr la polyvalence et l’adaptabilité à une situation donnée. Pour le secteur hospitalier, la crise COVID a été pour l’année 2020 un évènement qui a permis de démontrer justement à quel point les organisations logistiques savaient s’adapter pour faire face aux contraintes engendrées (augmentation des déchets à risques infectieux, traitements du linge plus important, capacité à recevoir et à livrer des masques à tous moments, etc..).

Le responsable logistique doit être capable aussi de conduire le changement et accompagner les équipes vers de nouvelles pratiques. Il est important de ne pas se reposer sur ses acquis. Le changement implique aussi de savoir maîtriser et mettre en place une dynamique d’amélioration continue.

Il doit à la fois être un acteur de dialogue auprès des IRP, de sa direction, de ses clients/fournisseurs afin de présenter les projets et aussi être un professionnel de conviction pour ses équipes.

Enfin, une compétence souvent négligée mais qui apporte un « vrai plus » à un profil est la maîtrise de conduite de projet. Le secteur hospitalier est une fourmilière qui change et s’améliore aux grés de l’actualité, des avancées techniques et organisationnelles : Être capable de conduire et mener à bien des projets est une compétence rare recherchée.

3 qualités pour ce poste ?

Tout d’abord, leadership et management d’équipe dans les veines sont des qualités indispensables pour réussi à ce poste.

Ensuite, la loyauté envers sa direction bien sûr pour être capable de faire passer des messages pas forcément en accord avec la réalité du terrain ; mais également la loyauté envers les équipes ou un positionnement droit et juste est nécessaire avec tout le monde.

Et enfin la ponctualité, une qualité bien souvent oubliée et qui pour un logisticien devrait être son axiome principal.

Un petit mot pour nos diplômés ? pour nos étudiants ?

Je dirai aux étudiants actuels, ayez un futur voulu et construit : ne prenez pas forcement le premier poste qui se présentera à vous, mais bien celui qui vous aspire et correspond le mieux. Il est toujours plus facile dans un développement de carrière d’être recruté suite à un parcours professionnel construit et non subi.

Retenez bien que chaque expérience professionnelle construira la suivante, ne négligez pas vos premiers postes !

Enfin, développez votre réseau… c’est un outil indispensable d’entre aide et d’évolution de carrière.

Merci Laurent pour ton témoignage